Le blog de Nathalie Martin

blessures qui ne guérissent jamais

Il y a des blessures qui ne guérissent jamais…

Il y a des blessures qui ne guérissent jamais… Voilà une phrase que j’ai entendue à maintes reprises, dans ma vie personnelle et professionnelle.

Ces mots sont alors attachés à une immense douleur, à un sentiment d’impuissance. Une forme de résignation qui nous laisse croire que plus rien n’est possible et que notre vie ne sera désormais que souffrance. C’est une croyance qui nous ferme complètement les portes d’une possible reconstruction après un choc.

Bien sûr, ce ressenti est profondément humain. N’importe qui ayant été frappé par un deuil a eu au fond de ses tripes le sentiment qu’il ne s’en relèverait jamais. Et puis, petit à petit, certains reconstruisent leur vie. Tandis que d’autres se perdent dans leur souffrance, convaincus qu’il n’y a pas de guérison possible.

Comment lâcher cette croyance qu'il y a des blessures qui ne guérissent jamais ?

1. Soyons clairs sur ce qu’est « guérir » nos blessures

Si nous entendons par guérir, le fait de retrouver sa vie d’avant, que tout reprenne son cours comme si de rien n’était sans plus jamais ressentir de peine, alors, non, soyons clair, on ne guérit jamais d’un deuil ! Il nous faut donc dans un premier temps lâcher cette exigence. Non, la vie ne reviendra pas en arrière, et tout ne redeviendra pas comme avant.

2. Lâchons nos fantasmes de vie idéale

Lâchons nos fantasmes de vie parfaite, où rien de désagréable ne nous arrive. Nous avons cette exigence ancrée au fond de nous, de penser que notre vie doit être parfaite, qu’elle doit se dérouler comme nous le décidons. Seulement voilà, il n’est écrit nulle part que la vie nous DOIT cette perfection. Et l’Univers met sur notre route bien des surprises, bonnes ou mauvaises.

3. Accepter notre perte

Cela n’a rien à voir avec de la résignation et de l’impuissance. Il s’agit simplement d’accepter ce que l’on ne peut pas changer pour garder nos forces sur que nous voulons changer. Accepter la perte, c’est accepter de plonger dans la blessure, de l’écouter, de la soigner pour qu’elle ne revienne plus nous pourrir la vie par la suite.

Quand nous lâchons cette exigence de vie parfaite, de retour en arrière, c’est là que nous pouvons alors avancer sur notre chemin. C’est là que nous commençons à reprendre notre puissance et que nous cessons alors de subir notre existence. Nous sommes tellement plus puissants que ce que nous croyons…

Si vous avez aimé cet article, je vous invite à lire ceux ci-dessous :

Accéder à mon coffret gratuit :

0 commentaires(s)

Ajouter un commentaire