Le blog de Nathalie Martin

faire des efforts

Pourquoi c’est toujours à moi de faire des efforts ?

Vous avez envie de devenir une meilleure version de vous, alors vous apprenez des choses, que vous essayez de mettre en application. Vous essayez de faire des efforts et parfois, vous en avez marre d’en faire. Et vous vous demandez pourquoi ce serait toujours à vous de faire des efforts et pas aux autres ? Alors cet article, est fait pour vous.

Pourquoi faire des efforts ?

Je me suis souvent posée cette question. Car quand on est en chemin, on comprend des choses, on évolue, on apprend, on se remet en question. On est sans cesse en train de se demander si c'est la bonne chose à faire. On essaye vraiment d'évoluer et de mettre en application tout ce qu'on apprend.  

Par exemple on apprend à parler avec bienveillance, à communiquer sans violence. Et c'est génial, sauf qu'à un moment donné, on est confronté à des gens qui ne sont pas sur le même chemin. Donc ça nous demande de faire des efforts, de l'énergie, des ressources pour prendre sur nous, pour évoluer, pour garder le cap. Quand en face, il n'y a pas l'évolution qu'on aimerait voir chez l'autre et voir chez nous. 

Faire des efforts pour dompter notre ego

Finalement, ça demande vraiment des efforts pour dompter notre ego. Cette partie de nous qui est rempli de jugements de valeur. Car elle n'en a rien à faire de la communication non violente, elle n'en a rien à faire de la bienveillance, elle n'en a rien à faire de "j'accueille ce que tu me dis". Elle n'a qu'une envie, c'est de répondre du tac au tac. Elle se sent attaquée, menacée par l'autre. Et elle n'hésiterait pas à rentrer en conflit avec l'autre et lui dire ses quatre vérités. 

Tout au long de notre parcours, on a l'impression, et moi aussi, de faire du rodéo avec cette partie de nous, pour ne pas oublier toute la théorie. Et en venir à se demander pourquoi c'est toujours à moi de faire des efforts. On peut trouver ça fatiguant : sans cesse essayer de comprendre l'autre quand en face, on a l'impression que ce n'est pas la même chose. 

Le chemin de l'éveil spirituel

En fait, je crois que c'est notre ego qui se le demande. Parce que c'est lui qui trouve ça fatigant. C'est lui qui juge que l'autre pourrait lui aussi faire sa part du boulot et lui aussi, prendre le chemin. Notre ego croit savoir aussi quel est le chemin de l'autre. Il pense que notre chemin, c'est le bon, qu'il est universel et que tout le monde devrait faire ce que nous faisons.

En se questionnant de cette manière, il oublie complètement que ce n'est pas pour l'autre que je fais le chemin. Ce n'est pas non plus pour changer mon image dans le regard de l'autre. Je fais le chemin d'évoluer, d'essayer de me comprendre, d'essayer de mettre les formes, d'essayer de devenir une meilleure version de moi, simplement parce que je vais en récolter les fruits.

Bien sûr si j'en récolte les fruits alors mon entourage aussi. Mais la première personne à en bénéficier c’est moi. 

Car on va essayer de dompter notre égo, de faire en sorte qu'il ne s'exprime pas à un moment où il aurait parfois toutes les raisons de le faire. Mais si j'arrive à retenir mon ego, alors il va prendre de moins en moins de place, dans mes relations aux autres. Donc ça c'est gagné pour la relation et pour l'autre. Mais aussi de moins en moins de place par rapport à soi. Parce que si j'apprends progressivement à ne pas me lâcher, ne pas juger, ne pas critiquer, je vais aussi me critiquer moins facilement et moins souvent.

En apprenant à donner de la bienveillance à l'autre, j'apprends aussi à m'en donner à moi. 

Donc pourquoi est-ce que c'est toujours à moi de faire des efforts ? 

Premièrement, et à mon sens, le chemin, je le fais pour moi. C'est à moi de faire des efforts si je veux en récolter les fruits. Parce que je vais être la première personne à en bénéficiait. Ce n'est pas l'autre, c'est moi. 

Et puis par rapport à l'autre maintenant, on fait quoi ?

Parfois, on va trouver ça fatigant de faire des efforts et de toujours mettre les formes, on a le droit de ne pas toujours y arriver. Moi, je n'y arrive pas tout le temps. Et parfois, on a le droit d'en avoir marre de faire des efforts.Donc peut-être que ponctuellement, je vais accepter que je n'ai pas envie de faire d'effort. Je ne vais pas aller alimenter mon ego en souhaitant du mal à l'autre et en campant sur mes prises de position. Mais je vais juste me dire " je n'ai pas le courage de faire des efforts et c'est une partie de moi. Je l'accepte, et je n'alimente pas mon ego qui s'embarque dans des jugements sur l'autre". 

Ça m'apprend juste que je suis encore en chemin. Et je ne m'endors pas dans ce comportement. J'ai le droit de prendre cette décision, mais l'important c'est de le faire en conscience. Comme tous les choix que je fais, il y a des conséquences. Il y en aura pour moi, pour l'autre, pour la relation. Il faut juste être prêt à payer le prix. 

Conscience et éveil spirituel

Cependant si les jours suivant je n’ai toujours pas envie de faire d’efforts alors, c'est une crise d'inflammation de l'ego. Ça veut dire qu’il a complètement repris le pouvoir et qu'il me dit : « je n'ai pas envie de faire d'effort dans mes interactions avec les autres, je suis comme ça, pas autrement, je ne changerai pas, je dis ce qui me passe par la tête... » On vit quand même en société. On vit avec un environnement et le jeu ne consiste pas à vider son sac dès qu'il y a quelque chose qui nous passe par la tête. Parce qu'encore une fois, c'est nourrir son ego, qui croit avoir raison. Sauf que si je le nourris envers l'autre, moi aussi je me prends le retour de flamme. Moi aussi je vais être dans le jugement par rapport à moi. 

Donc je voulais faire cet article parce que, j'entends souvent cette question chez les personnes qui sont en chemin. 

Donc pour moi, la clé c'est : " je prends sur moi, je fais des efforts et je vais en récolter directement les fruits". 

Chacun ses choix de vie

Peu importe que l'autre ne prenne pas le même chemin que le mien. C'est mon chemin et ce n'est pas le sien. Je ne connais pas le chemin de l'autre, et ça il faut l'accepter. Et puis accepter aussi par moment, de ne pas avoir envie de faire des efforts. Et être conscient des conséquences de cette décision et les assumer. 

Quoi qu'il en soit, je ne peux que vous inciter à continuer votre rééducation. Continuer à faire du rodéo sur votre ego pour ne pas le laisser prendre le dessus. Car il n'y a rien de tel pour se pourrir la vie, et pour pourrir nos relations. La vie peut être beaucoup plus légère que ça, si justement on poursuit le fait de dompter notre ego pour laisser de la place à la meilleure partie de nous dans nos vies et dans nos interactions.

 

 

 

 

 

 

Accéder à mon coffret gratuit :

0 commentaires(s)

Ajouter un commentaire