Le blog de Nathalie Martin

blessures

Comment faire pour guérir nos blessures ?

Si je vous parle de blessures cela vous fait certainement penser au livre de Lise BOURBEAU : « Les cinq blessures qui empêchent d’être soi-même ». 

Si vous cheminez depuis quelques années dans le monde du développement personnel, vous avez certainement pu découvrir quelles sont vos blessures (abandon, rejet, humiliation, injustice, trahison …). 

Mais que faire de cela ? 

À mon sens c’est une question très importante car notre chemin ne s’arrête pas au fait d’identifier nos blessures, bien au contraire. 

J’ai parfois pu constater que la découverte de nos blessures complique les choses, car nous pouvons en souffrir. On comprend alors qu’elles nous inscrivent tout au long de notre vie dans un sentiment de rejet, d’injustice, ou d’humiliation ... De ce fait nous vivons des expériences en lien avec nos blessures. 

Par exemple, si je porte la blessure du rejet, je vais vivre dans mon enfance des expériences où je vais me sentir profondément rejetée. 

Donc en découvrant nos blessures, nous prenons conscience que les expériences de notre passé sont dues aux blessures que nous portons et que nous sommes là pour les expérimenter. 

Cette découverte peut alors nous mener à en vouloir à nos parents, en se disant qu’ils savaient et qu’ils auraient dû en tenir compte, en prendre soin et se comporter différemment. Alors qu’en fait ça ne fonctionne pas ainsi. 

Nos parents n’étaient certainement pas au courant de l’existence de ces blessures, ni des leurs, ni des miennes.

Quand on prend conscience de nos blessures nous pouvons être amené.es à nous concentrer dessus. Ce qui peut alors devenir angoissant, surtout quand on ne sait pas comment les guérir. Le réflexe courant est de vouloir travailler dessus. C’est une démarche complétement humaine et peut-être qu’elle fonctionne mais ce n’est pas mon avis. 

Je pense qu’en agissant ainsi nous laissons de plus en plus de place à nos blessures car c’est une approche très intellectuelle. 

Si je ressens un sentiment de rejet, est-ce que cela signifie que je vais en souffrir jusqu’à la fin de ma vie ? 

Non, si je mets de la conscience et si je l’aborde de la bonne manière cette blessure me fera de moins en moins souffrir car elle se déclenchera moins souvent et moins violemment. 

Donc pour moi, c’est important d’avoir la bonne approche. Comme je vous le dis souvent tout est une question de conscience. Je crois profondément qu’on ne peut pas guérir nos blessures avec une approche intellectuelle. C’est mal connaître l’idée même des blessures. 

Alors comment faire pour guérir nos blessures ? 

Nous portons nos blessures en avançant vers la meilleure version de soi, vers nos rêves, nos projets et la vie va nous envoyer des expériences sur notre chemin pour la déclencher. Et ainsi nous permettre de voir où nous en sommes. Nous fait-elle encore beaucoup souffrir ou au contraire est-ce que la souffrance diminue ?

Nous pourrons ainsi constater notre évolution, et mesurer le chemin qu’il nous reste à parcourir pour les apaiser. 

Donc la vie va nous amener le terrain de jeu idéal. Mais je vous invite à ne pas vous arrêter en attendant et en scrutant vos blessures. 

Il y a une phase de compréhension nécessaire qui clarifie ce que nous avons pu vivre. Et qui permet de comprendre que cela avait du sens, qu’il s’agissait simplement de l’expérimentation de nos blessures. Nos blessures qui sont donc à l’origine de nos sentiments de rejet, d’humiliation, de trahison ... 

Ainsi nous prenons conscience du sens de notre passé, de notre mode de fonctionnement et des émotions que nous sommes amené.e.s à ressentir. Mais ne nous arrêtons pas là.

Vous le savez je n’ai pas une approche 100% intellectuelle du développement personnel. Mon slogan pourrait être : 

Réfléchi moins, et ressens plus !

Nathalie MARTIN

Selon moi, cela fonctionne aussi pour l’apaisement de nos blessures. 

Si vous ne les avez pas encore identifiées, je vous invite à le faire. Pour vous aider vous pouvez regarder mes vidéos à ce sujet sur ma chaîne YouTube

Une fois identifiées nous pouvons guérir ces souffrances liées au passé.

Changer de regard sur nos blessures

Je vais commencer par changer mon regard en mettant de la conscience sur les choses. Et plutôt que d’en vouloir à mes parents d’avoir été trop ceci ou pas assez cela, de ne pas m’avoir assez aimé ou trop aimé, de m’avoir humilié, trahie … Je vais aller apaiser cette blessure en comprenant qu’elle avait un sens et que ça se joue à l’intérieur de moi. 

L’idée n’est pas de rejeter la faute sur soi ou de culpabiliser. Mais simplement de mettre de la conscience sur ce qui se joue plutôt que de regarder vers le passé. 

On vit une période dans laquelle il existe plein d’outils pour nous libérer émotionnellement d’un traumatisme que nous avons vécu. Encore une fois il ne s’agit pas de le minimiser. 

Quand nous avons connu l’humiliation, le rejet ou autre chose nous avons pu le vivre de façon très violente et notre corps s’en souvient. C’est important de venir le libérer par de l’EMDR, l’EFT, les bonhommes allumettes, le Ho Oponopono.Trouvez l’outil qui vous convient, afin d’apaiser les expériences de votre passé. 

On ne peut pas changer le passé, mais on peut arrêter d’en souffrir. 

Nathalie MARTIN

Savoir quand notre blessure s'active

La deuxième chose que je vous invite à faire, c’est de reconnaître quand votre blessure s’active. C’est assez facile ; cela se passe au niveau de notre plexus. Vous savez ce sont les moments où nous avons la sensation d’y avoir reçu un coup-de-poing. 

Quand la blessure s’active l’idée est de comprendre qu’il est important de se tourner vers soi, au lieu de condamner l’autre en pensant qu’il nous rejette, nous trahit ...

C'est une attitude que je vous invite à laisser tomber, car en agissant ainsi on continue de porter notre blessure. Une blessure dont on ne prend pas soin. 

Alors quand elle se déclenche je ferme les yeux et je prends conscience de cette blessure qui s’active. Même si elle est encore présente, je tiens l’intention de ne plus en souffrir un jour. 

Notre challenge est d’arrêter de fonctionner en mode pilote automatique afin de ne pas alimenter le discours de notre ego qui joue au « pauvre petit moi ». 

Donc la prochaine fois que vous sentez votre blessure se déclencher laissez tomber les condamnations et les jugements sur l’autre, prenez soin de vous et apaisez votre blessure. 

Passer à l'action

La dernière chose que je vous propose part d’un principe simple. Si notre blessure est celle du rejet alors nous aurons tendance à se sentir rejeté.e. On se rejette soi-même, mais également les autres. Il est alors essentiel de comprendre que cette blessure fait également souffrir notre entourage. 

Donc un moyen très simple pour guérir vos blessures est d’expérimenter. On ne contrôle pas ce que la vie nous envoie, on ne contrôle pas le comportement des autres, mais on peut se maîtriser soi. 

Alors demandez-vous ce que vous pouvez faire pour changer les choses. 

Par exemple, si votre blessure est l’humiliation, vous avez peut-être pris pour habitude de vous rabaisser par rapport aux autres. Le challenge est d’en prendre conscience et de se demander comment faire pour arrêter. 

Idem pour le rejet, arrêtez les comportements de rejet et mettez en place des actions qui vous aident à vous accepter. Cela convient également pour votre entourage. 

Il faut donc mettre en place un vrai plan de match qui n’est pas intellectuel, mais qui passe par la mise en actionLa prochaine fois que vous êtes sur le point de rejeter quelqu'un, faites-le en conscience et essayez d'arrêter. Si ça ne fonctionne pas, acceptez-le. Vous ferez mieux la prochaine fois.

Ne tombez pas dans la culpabilité. Si vous y arrivez ne serait-ce qu'une fois sur dix, c'est toujours ça de gagné. 

Ce chemin va vous permettre de vous libérer de vos blessures, d'arrêter d'en souffrir et d’en tirer des enseignements afin d'éviter de reproduire sans cesse les mêmes scénarios.

Si vous avez aimé cet article, je vous invite à lire ceux ci-dessous :

Accéder à mon coffret gratuit :

0 commentaires(s)

Ajouter un commentaire