1
  • Facebook
  • Twitter
  • Buffer
  • Google+
  • Pinterest
  • LinkedIn
  • Tumblr
La vie est une succession de choix, que nous avons souvent du mal à faire. Et pourtant, ne pas choisir a également des conséquences, parfois plus dommageables encore que de prendre une décision.

« Choisir, c’est renoncer »… Voilà une des croyances avec laquelle nous avons été élevés. Avouez qu’il y a plus dynamisant comme croyance! Voilà comment nous pouvons donc aborder le choix dans notre vie : il devient un renoncement. Je ne suis pas d’accord avec ça. D’abord, parce que « ne pas choisir » c’est renoncer aussi dans la plupart des cas. Souvent lorsque nous ne réussissons pas à faire un choix, c’est que nous renonçons à dire un grand OUI à ce que nous voulons profondément. Nous préférons alors attendre que les autres ou la vie choisissent pour nous. Si tant est qu’ils le puissent…
Pourquoi avons-nous tant de mal à choisir?
Parce que nous ne sommes pas les seuls à entrer en ligne de compte : si nous faisions tous nos choix profondément alignés sur nous, sur ce que nous voulons, choisir serait un jeu d’enfants! Seulement voilà, nous ne sommes pas les seuls à gouverner nos propres choix. Qui intervient? Notre peur d’être rejeté, jugé, nos croyances, la bonne morale de la société, la peur d’échouer, de faire le mauvais choix, celle du regard des autres, notre éducation, notre besoin d’être aimé, celui de nous sentir en sécurité… Avouez que cela fait du Monde! Pas étonnant que nous puissions rester des semaines, des mois, voire des années, à vivre une situation pour laquelle nous avons un choix à faire, sans réussir à trancher.
À ce moment de cet article, votre égo vous dit peut-être : « Bien sûr que je choisis en fonction des autres! Ceux qui ne font pas comme moi sont des égoïstes ».
Je suis d’accord sur un point : nous avons été élevés en ce sens. En revanche, laissez-moi vous dire ce que je crois : choisir en fonction des autres, c’est donner son pouvoir à quelqu’un d’autre que soi. Il y a un côté pratique : si j’échoue (si tant est que l’échec existe réellement, mais pour notre égo, il existe, alors, allons dans son sens pour une fois!) ;), j’aurais la possibilité de rejeter la faute sur quelqu’un d’autre. Avouez que c’est tellement plus confortable! Et puis, si je choisis en fonction de l’autre, j’attends souvent de lui qu’il me laisse faire de même dans sa propre vie. Ainsi, tout le monde interfère dans la vie de tout le Monde. Personne ne prend la pleine responsabilité de sa création. Le prix à payer pour ce type de fonctionnement est lourd : combien de femmes n’ont jamais occupé le job de leurs rêves soi-disant à cause de leur mari ou de leurs enfants? Combien d’enfants n’ont pas fait les études de leurs rêves « à cause » de leurs parents? Combien de maris ne pratiquent pas le loisir de leurs rêves soi-disant à cause de leur femme? Et ce n’est qu’un petit exemple des nombreuses situations dans lesquelles nos rêves sont sacrifiés sur le grand autel du « je ne veux pas prendre le risque d’être rejeté ».
Voici donc ce que je crois : ce n’est pas de l’égoïsme de faire nos choix en fonction de ce que nous ressentons, mais du respect, de l’authenticité et de l’amour pour soi. De la même manière, ce n’est pas de la générosité de nous en remettre aux autres pour choisir à notre place, mais de la déresponsabilisation, et parfois même de la manipulation.

Comment faire un choix centré sur soi?

  • Développez l’intimité avec vous-même : multipliez les moments de silence, de promenade en nature, de méditation. Ces instants vont faire en sorte que votre communication intérieure soit plus fluide, plus évidente : vous n’aurez plus besoin d’écouter les autres si vous apprenez à vous écouter vous-même.
  • Écoutez votre corps : soyez attentive à vos ressentis. Si vous avez un choix à faire, envisagez chaque option séparément. Pour chacune d’elles, soyez à l’écoute de la manière dont votre corps réagit à cette éventualité. Vous constaterez alors que l’une des options crée une ouverture, un soulagement, une détente, alors que les autres créent une fermeture. Vous saurez alors laquelle est bonne pour vous.
  • Ayez le courage de suivre cette direction : vous venez de ressentir la solution qui est bonne pour vous. Maintenant, votre égo se met en route pour essayer de vous faire reculer, en appuyant sur vos peurs. Ne tombez pas dans le panneau. Les peurs sont « normales », elles font partie du chemin, et c’est VOUS qui décidez si elles vous barrent la route ou pas.
  • Arrêtez de vouloir vous justifier : lâchez ce désir que les autres valident vos choix. Arrêtez de vouloir expliquer pourquoi vous prenez cette décision. Cessez de vouloir convaincre. Votre choix déplait à votre entourage? Acceptez-le. Laissez-leur le droit de ne pas avoir le même point de vue. Cela n’a rien à voir avec vous. Ne le prenez pas personnellement. Ne tombez pas non plus dans le panneau du « Si tu m’aimais tu me soutiendrais et tu serais d’accord ». C’est un piège qui fait que nous rejetons souvent notre entourage à partir du moment où il ne cautionne pas tout ce que l’on fait. Est-ce que l’amour signifie être d’accord sur tout? N’est-ce pas un manque de tolérance et d’ouverture de vouloir que les autres soient des clones de nous-mêmes, toujours d’accord avec ce que l’on fait, et prêts à prononcer les mots parfaits?

Les meilleurs choix sont ceux du cœur, du ressenti. Ce sont eux qui vous emmènent, par le plus court chemin, à ce qu’il y a de meilleur pour vous. Vous remarquerez qu’ils demandent souvent du courage, beaucoup de courage et impliquent de ne pas choisir la facilité immédiate, mais davantage la paix, et le bonheur durables.
Je vous souhaite de faire des choix courageux, et profondément alignés sur celle que vous êtes vraiment.

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.

Pin It on Pinterest

Share This