• Facebook
  • Twitter
  • Buffer
  • Google+
  • Pinterest
  • LinkedIn
  • Tumblr

Cette semaine nous célébrons l’armistice de la seconde guerre mondiale.

Bon, en toute transparence, jusqu’à il y a quelques années, cette journée était davantage pour moi, l’occasion d’avoir une journée de congé, qu’une réelle célébration. Je sais que je ne suis pas la seule à avoir vécue cela, et peut-être le vivez-vous encore : lorsque notre métier n’est pas une passion (vous savez, une activité que l’on exercerait, même gratuitement ; ) ), chaque jour non-travaillé est comme un jour de fête !

Il y a quelques années donc, le 8 mai était simplement synonyme de congé.

Cette année, ce jour m’inspire tout autre chose, et je veux vous le partager, dans l’intention que cela pourra contribuer à votre chemin.

Cette année, je me ressens qu’il est synonyme d’armistice, et donc de paix.

Et cela m’appelle à élargir nos horizons, bien au delà du souvenir de la seconde guerre mondiale.

Cela m’appelle à vous parler de paix, au sens large du terme.

Je crois profondément qu’il est important pour chacun de nous, dans ces temps mouvementés, de nous reconnecter à ce sentiment de paix.

Je crois que cette reconnexion peut avoir lieu dans plusieurs aspects de notre vie, voire même dans tous !

Je vous donne, en vrac, et de manière non exhaustive, les paix que nous pouvons avoir à faire sur notre parcours de vie :

Faire la paix avec notre passé : Combien d’entre nous continuent à souffrir en pensant à hier ?

Combien d’entre nous avancent avec des boulets aux pieds : des rancoeurs, des colères, des regrets… Tous ces poisons qui agissent un peu plus chaque jour. Jusqu’à QUAND ? Nous vivons aujourd’hui une époque extraordinaire ; une époque où il existe tout un tas de techniques pour nous libérer de nos vieux fardeaux. Il nous appartient de nous en libérer, et tout commence par une décision : décider de nous libérer une fois pour toute de tout ce qui nous empêche d’avancer librement.

Faire la paix avec notre corps : Combien de mots, de pensées méprisants sommes-nous capables d’avoir à propos de lui ? Ne voyez pas de jugement dans ce que je vous dis : je parle par expérience 😉 Nous sommes remplies d’attente envers notre corps : il doit être ferme, fin, beau, ni trop ceci, ni trop cela. Ah, oui, j’oubliais : il doit aussi être opérationnel et performant 365 jours par an ! Il doit aussi se taire, même quand il éprouve un dysfonctionnement. D’ailleurs, quand il essaye de nous parler, nous lui fermons bien souvent gentiment sa bouche en avalant un comprimé. Bref, nous avons beaucoup d’attentes envers lui. Nous oublions simplement que nous ne sommes pas des machines. Nous oublions aussi que notre corps mérite d’être choyé à sa juste valeur : il est le temple de notre âme, comme nous l’entendons souvent. Nous oublions enfin qu’il est l’occasion d’un magnifique apprentissage : l’acceptation de soi, l’amour inconditionnel. Le challenge n’est pas d’aimer son corps quand il ressemble à celui de Claudia Schieffer (à la belle époque !) : où serait ici le challenge, franchement?? (et encore : Claudia avait peut-être elle aussi ses petits complexes !). Le challenge est d’apprendre à nous aimer telle que nous sommes : avec notre ventre, nos cuisses trop maigres ou trop grosses, notre cellulite, notre culotte de cheval, nos seins absents, ou trop présents ! Toutes ces choses qui peuvent nous empoisonner la vie quand on perd de vue le fait qu’il est possible de s’aimer malgré ça. Il est possible de s’aimer AVEC ça.

Faire la paix avec nos émotions : Simplement pour arrêter de les enfouir, de les redouter, ou bien de les laisser exploser à la face du Monde. Combien de personnes passent leur temps à ravaler leurs émotions ? Combien de femmes sont complètement coupées de leurs émotions, à tel point que lorsque je leur demande : « qu’est-ce que tu ressens », elles me répondent « Je ne sais pas ». C’est un chemin que de nous reconnecter à ces précieux messagers que sont nos émotions. Un chemin important car, les émotions enfouies finissent par abîmer notre corps. Nous le savons aujourd’hui, des études nous le disent. Raison de plus pour apprendre à faire la paix avec nos émotions pour pouvoir les vivre librement, et écouter ce qu’elles viennent nous dire.

Faire la paix avec nos imperfections : Qui ne s’est jamais planté ?? Qui n’a jamais dit un mot de travers ? Qui n’a jamais blessé quelqu’un ? PERSONNE ! Nous ne sommes pas parfaites : nous sommes humaines ! Il est grand temps de bien comprendre la différence, parce qu’elle est vraiment de taille ! 😉 L’ombre et la lumière sont présentes en chacune de nous, pas seulement dans la voisine ou la collègue de travail ! Chacune de nous a ses ombres. Il est salutaire de les reconnaître en nous. C’est un pas immense vers l’acceptation de soi.

Faire la paix avec les autres : nous aimerions parfois (souvent ? 😉 ) que le Monde soit peuplé de clones de nous-mêmes ! Nous enrageons souvent devant des comportements que nous ne comprenons pas. Nous oublions que chacune de nous traverse la vie et la regarde avec des lunettes différentes. Ces lunettes sont faites de notre histoire, nos croyances. Chacune de nous voit donc SA vérité, le Monde à SA manière. Et ce n’est pas parce qu’il s’agit de la nôtre qu’elle est plus vraie, et meilleure que celle de la voisine ! Et ça, autant vous dire que notre égo ne l’entend pas du tout de cette oreille ! Pour lui, c’est évident : si tout le monde pensait comme nous, le Monde serait sauvé ! Lui seul sait ce qui est bien, ce qui est juste ! Ceci est non seulement une folie, mais surtout la source de beaucoup de conflits et de perte d’énergie. Apprenons à prendre du recul sur ce que nous croyons être LA vérité.

Faire la paix avec le Monde : on entend souvent que le Monde tourne mal, que c’était mieux avant. On entend souvent beaucoup de peurs pour nos enfants : peur de ce qu’ils vont devenir, peur du Monde que nous allons leur laisser. Nous communiquons beaucoup (beaucoup, beaucoup, beaucoup !…) sur ce qui va mal. Je ne dis pas que tout va bien ! Je ne vis pas sur l’île des bisounours, et je ne porte pas d’œillère. Ce que je dis en revanche, c’est que nos discours, nos pensées et nos actes sont autant de vibrations que nous envoyons dans le Monde. Lorsque ces vibrations sont basses, on ne fait que contribuer au problème. Là n’est pas notre rôle. Notre rôle est selon moi de faire notre part pour aller dans le sens où nous voulons voir évoluer les choses, pour nous, pour nos enfants et les générations futures.

Cette liste n’est pas exhaustive : sentez-vous libre de la compléter à souhait !

Je vous souhaite un magnifique armistice avec vous-même, et avec les autres 😉

  • Facebook
  • Twitter
  • Buffer
  • Google+
  • Pinterest
  • LinkedIn
  • Tumblr
Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.

Pin It on Pinterest

Share This